Avez vous deja entendu parler du Capitaine Chesley Sullenberger, pilote de ligne américain, qui a fait la une de la presse mondiale en posant le 15 janvier 2009 son appareil endommagé, un Airbus 320, dont les deux turboréacteurs venaient de s’arrêter?


Il a réussi à faire amerrir son avion sur le fleuve Hudson en sauvant tous les passagers. Ce sont ces instants magiques dont il est question ici.

Le coaching génératif met l’accent sur l’ensemble de nos différentes intelligences: somatique (corps/ressentis), cognitive (cerveau/intellect), du champ (relation au système).
Pourquoi le mot génératif? Ou « créatif » que je trouve plus explicite en français. Générer signifie créer quelque chose de nouveau.
Quel est cet état? Il est créatif à deux niveaux : celui du monde concret et celui du monde quantique des possibilités. Et cet état génératif qu’on essaie de toucher est ce fil, la limite entre ces deux mondes. Là, à cet endroit, la vie se vit avec toute sa force créative.
« Lorsqu’on est capable de rester centré en soi meme et connecté à un champ de conscience plus élargi contenant toutes les expressions, on accède à un état génératif d’expansion et de réorganisation » disait Robert Dilts. Ce doit être à ces moments que des idées « géniales » arrivent.
Lorsque notre jeu interne et notre jeu externe sont en alignement, les actes sont naturellement mis en place sans effort, avec excellence, c’est ce qui est appelé « jouer dans le champs » ou « être dans la zone».
Les signes révélateurs, lorsqu’on est centré et dans cette zone d’excellence, sont:
- La notion d’humilité dans l’autorité, la confiance en soi sans arrogance.
- Un sentiment d’assurance et l’absence d’anxiété et de doute.
- L’absence de crainte de l’échec ou de doute quant à l’accomplissement de la mission.
- Une focalisation sur une pratique esthétique et excellente.
- Un état de tonicité sans tension dans le corps et une ouverture d’esprit en alerte.
- La performance se réalise d’elle-même sans effort.
Etre dans « la zone » est le résultat de l’alignement et de l’intégration de nos 3 « centres de pensées »:
pensée cognitive qui émerge du cerveau, pensée venant du corps et centrée sur lui, pensée en rapport avec la zone issue de nos rapports et connections avec les autres systèmes qui nous entourent. Et c’est quand on est dans cette zone que la magie se passe.
Comme l’exemple du pilote.
Le pilote a eu peur, oui il a été terrifié, mais la peur n’a pas été un problème pour lui. Il a accepté ce qu’il y avait dans le champ à cet instant et il s’est recentré sur lui même, il a gardé son centre car c’est avec le meilleur de lui même qu’il a pu faire quelque chose. A chaque instant il gérait ce qu’il se passait à chaque instant en restant dans ce champ génératif.
Les mots ci dessous pourraient décrire ces états similaires qui sont vécus (au delà du vocabulaire qui change selon le modèle ou qui est subjectif selon la personnalité, la sensibilité, l’histoire et les croyances de chacun):
L’illumination, pour un artiste qui a une idée/inspiration lumineuse.
La grâce, dans le domaine de la musique, dans des pratiques spirituelle ou religieuse.
Béatitude, notion plus religieuse.
Extase, point culminant.
Congruence, état donné avec différents niveaux d’abstractions, alignement, cohérence d’un ensemble, différentes parties qui forme un tout et qui renvoient alors au mot qui suit "Unité".
Unité: là je crois que l’on retrouve cette notion d’alignement, quand tout notre être est aligné nous ne faisons qu’un, et il n’y a plus de frontières.
Le silence ou le vide plein: dans le yoga par exemple, on atteint parfois un état de silence qui est plein de cette harmonie naturelle, facile, sans limite et expansive.
 

L’éveil, renvoyant à la conscience.

Instants créateurs

Pour plus d'info, m'écrire en page Contact

©2018 

  • w-facebook
  • w-flickr
  • w-tbird